Joséphine Kaiser
(1974 -)

Plasticienne Allemande

Josephine Kaiser est née à Berlin-Est en 1974. Elle a été diplômée par la Fachoberschule für Gestaltung à Munich en 1995. Elle réalise des modelages en couleurs. Depuis 2011, elle conçoit également des silhouettes en relief. Au cours des années, elle a présenté son travail lors de nombreux salons, expositions individuelles et collectives en Europe. Elle vit à Munich avec l’artiste Ransome Stanley et leurs enfants.

“Que voyez-vous lorsque vous regardez dans l’espace ? Où allez-vous dans vos rêves ? Où votre esprit vous emmène-t-il lorsqu’il vagabonde ? Suivons le lapin blanc dans le terrier du lapin et découvrons…

Nous sommes aspirés dans un tourbillon de tulle précipité, de cheveux tourbillonnants, de latex claquant et de cuir tiède, plongés vers le bas jusqu’à ce que nous soyons recrachés à l’autre bout, sur les limbes de votre âme, où Fräulein Josephine Kaiser fait des portraits. La poussière est lavée de vos yeux tandis qu’un flot d’associations jaillit dans votre cerveau. Enfin, votre surmoi est trempé de la tête aux pieds, face à Diva Divine, Amy Winehouse, Catwoman, et plusieurs pin-up, qui posent sous les mains de Joséphine Kaiser dans une finesse de mensonge. Vous avez déjà vu tous ces petits gestes, mais vous ne vous souvenez ni du lieu ni du moment. Bien qu’il ne s’agisse que de sculptures formées en haut et bas relief, leurs corps semblent chauds. Vos yeux se croisent et ils vous murmurent un pacte secret à l’oreille : “Je ne te dénoncerai pas – nous sommes pareils.”

Josephine Kaiser puise vos complexités, vos fantasmes, vos histoires, votre sexe, votre amour et vos désirs au plus profond de votre âme et les endort sur sa table d’opération, où elle écumera votre cœur couche par couche comme un chirurgien jusqu’à ce que son art plastique soit terminé. Elle construit ses sculptures dans l’art de l’intarsia en utilisant du Fimo, une masse semblable à de la pâte qui durcit lorsqu’elle est cuite au four. Fräulein Kaiser cuit ses figurines de 6 à 12 pouces de haut dans son propre four de cuisine. Les corps sont pétrifiés, et non peints ; chaque pièce est d’une qualité palpable à l’œil nu : fossettes de peau sur des cuisses nues, rouleaux de chair chaude, rides, et toutes couleurs de peau imaginables.
L’artiste a donné naissance à de nombreuses figures de Fimo depuis 1995 et s’est également spécialisé dans la Kaiserschnitte – un type très particulier de découpe de papier. Ces silhouettes noires dépeignent également des gestes lascifs de la fantaisie humaine. Quel que soit le type de portrait que nous regardons, il est évident qu’ils ont tous la même origine : le domaine entre notre subconscient et l’approbation morale de la société, entre l’identité et le surmoi. Josephine Kaiser célèbre les fantômes et les symptômes de notre fantasme au lieu de les condamner à être la racine de tout mal, comme l’avait voulu Sigmund Freud. Elle tire la langue au psychanalyste machiste, et il est obligé de baisser son pantalon.

Quand vous vous réveillez à nouveau, vous vous retrouvez au milieu d’une exposition à la Stroke Urban Art Fair ou à Harry Klein. Ou bien vous sirotez du champagne à la Wiedefabrik, vous vous promenez dans un groupe de pin-up de Kaiser dans une petite galerie, tout de suite amusé et gêné, ne sachant pas s’il faut rougir à la vue de son art, parce qu’il flirte agressivement avec vous, ou s’il ne serait pas plus approprié de faire une remarque respectueuse sur la technique parfaite du sculpteur et de la couturière aux ciseaux. On n’attend rien de vous non plus, vous êtes invité à regarder – vous n’avez pas besoin de monter un spectacle ce soir. À moins que ce ne soit le cas, vous le voulez. Il n’y a aucune raison d’avoir honte. Après tout, nous sommes tous fous ici.”

1831 Art Gallery Paris
6, rue de Lille – 75007 Paris
Tél. : +33 (0)1 75 51 78 68
Email : hello@1831artgallery.com

© 2020 - 1831 ART GALLERY - Legal notice